CHARBON DE BOIS
Fabrication

 

Il n’est pas possible d’étudier tous les processus de fabrication de charbon de bois. Nous trouverons toujours dans une île reculée du pacifique une tribu utilisant un processus méconnu. De plus, beaucoup de processus ne sont que des adaptations locales, répondant aux besoins du site, de processus connus et développés ailleurs.


Nous nous contenterons d’étudier les processus ayant fait la preuve de leur efficacité et encore en usage aujourd’hui.

Au niveau des moyens réellement mis en oeuvre pour réaliser la carbonisation du bois en France, nous pouvons classer tous les processus en 3 catégories uniquement :

  • les procédés discontinus avec combustion partielle de la charge : en gros, il s’agit de rassembler une masse de bois, de l’incendier, de l’étouffer et de la refroidir. A chaque carbonisation, il faut recommencer tout le processus. C’est pour ce motif que nous appelons ce processus discontinu. La carbonisation en marmite ou fours métalliques (Exemple : four CML) sont des processus de carbonisation discontinu.
     
  • L’avantages de ce procédé :
    • un investissement financier abordable
    • les rejets gazeux sont totalement incinérés
    • un taux de carbone fixe élevé
       
  • Les désavantages de ce type de procédé sont :
    • le processus de carbonisation demande un savoir faire spécifique
    • une partie du bois est consommée pour atteindre la température de carbonisation.
    • une grande consommation inutile de bois,
       
  • les processus discontinus sans combustion partielle de la charge : en gros, il s’agit de remplir un contenant qui sera déposé dans un four. Après avoir refermé le four, le bois sera à l’abri de l’air et sa chambre de carbonisation sera portée à haute température. Après quelques heures, le contenant, avec les braises, sera sortit du four, puis étouffé pour éteindre les braises. C’est pour ce motif que nous appelons ce processus discontinu. La carbonisation en four en cornue (exemple : four VMR) est un processus de carbonisation discontinu.
     
  • L’avantage de ce procédé :
    • le processus de carbonisation est contrôlé pour définir le niveau de qualité souhaité.
    • Les rejets gazeux sont totalement incinérés
    • L’obtention de gros morceaux de charbon de bois, car pas d’écrasement de la charge.
       
  • Les désavantages de ce type de procédé sont :
    • - il nécessite de sécher le bois avant carbonisation
    • - beaucoup de manipulation de la charge.
    • - le maintient à température des fours oblige de travailler en feu continu
       
  • les processus continus : le bois est introduit en permanence dans un cylindre verticale. Le foyer ou zone de carbonisation se situe au milieu du cylindre avec une introduction de gaz chaud régulé à température constante par un dosage d’air. La partie inférieure du four est la zone de refroidissement obtenue par injection de gaz inertes refroidis. L’extraction du charbon de bois se fait à cadence régulière. Le four Lambiotte est un processus de carbonisation industrielle en continu.
     
  • Les avantages :
    • Le processus de carbonisation est contrôlé pour obtenir du charbon de bois de qualité constante pour l’usage professionnel, le barbecue et pour l’usage industriel.
    • Le taux de carbone fixe est contant et très élevé, et la cuisson parfaitement homogène.
    • Les rejets gazeux sont utilisés en partie dans le process de pyrolise et le solide est intégralement détruit par incinération
       
  • Les inconvénients :
    • un investissement financier important
    • la maîtrise du procédé et la formation du personnel est longue

Télécharger le descriptif des processus en PDF